Avez-vous déjà fait de la prison ?

Publié le par Hayroudine

Introduit par un ami cet article contient le témoignage d'un prisonnier. Pour être tout à fait honnète, après hésitation j'ai préféré ne pas remanier le texte originel de peur de biaiser le contenu ou de détourner le sens, il vous faudra donc faire un petit effort pour passer outre des formules parfois inhabituelles et une orthographe qui n'est pas celle de ces messieurs les académiciens. Il me semble néanmoins primordial de rappeler que si l'outil du langage est ici un rien secoué trahir l'authenticité aurait été (je considère) bien plus grave, je vous invite en parallèle (et oùtre les images fortes de l'intro) à découvrir un brin amer les paysages de Mayotte qui, d'ici, auraient presque de faux petits airs de décors paradisiaques ... et sur ce je me tais pour laisser parler mon ami puis ce témoin faisant parti de ceux que, d'habitude, on ne laisse pas trop parler.

                                                                                                      - Fanfreman

Avez-vous déjà fait de la prison ?

 

20120718-kwassa_600.jpgC'est la question posée par Hayroudine qui est venu clandestinement à Mayotte depuis l'île d'Anjouan à 70km en espérant trouver une vie meilleur.

Anjouan fait partie de l'Union des Comores, le deuxième pays le plus pauvre de la planète. De nombreux comoriens tentent quotidiennement la traversée au péril de leur vie. Contre deux cents à sept cent euros par personne, des passeurs transportent leur cargaison de dizaines de damnés de la terre sur des embarcations de fortune : les kwassas-kwassas. Longues de 7 mètres de long, propulsées par deux moteurs, ces barques de pêcheur sont de véritables coquilles de noix prêtes à chavirer lors de la moindre tempête.

 

20120702-interception_kwassa.jpg

 

Depuis 1995, avec l'instauration du visa Balladur qui a mit fin à la libre circulation des personnes dans l'archipel des Comores, le nombre de morts en mer est estimé à 10 000, soit 1% de la population de l'Union des Comores.

Hayroudine a été incarcéré dès son entrée sur Mayotte. Il a été trouvé sur la plage par la police aux frontières avec du canabis, appelé ici bangé. Il nous raconte sa traversée et sa détention.

Après sa libération, il sera expulsé. Mais il sait déjà qu'il refera la traversée dès qu'il aura acheté les outils nécessaires à son travail. Son souhait est de pouvoir faire son métier à Mayotte : il est artisan. S'il survit, il vivra l'enfer de ces 100 000 personnes en situation irrégulière qui travaillent pour des salaires de misère, vivent dans des bidon-villes, la peur de l'expulsion les obligeant dès fois à vivre dans les bois, tout le temps à fuir la police aux frontières.

 

2011-02-19-2011_2_23_manifestation_may.jpg

 

 

L'histoir de la maison d'arrêt de Mayotte

 

Avant d'être incarsseré à la prison, de Majicavo des millions des personnes on m'a racontaient de multiples des choses, pour que je prents de procotion de se mefier de ne pas joué l'enfère.

Avrai dire Aujourd'hui, je me trouve dans la zone, des pensés qui me tramble et qui me casse, car la prison se la gualère, se la souffrance et se la misère qui nous tues, surtous les jeunes d'aujourd'hui, je me trouve en régret car les prèmieres incarsseré on ma tous expliquaient la vie du prison et je ne pas pus comprendre, mieu voir qu'attendre.

Mon ami bosseur traficant fait attention, car la maison d'arrêt c'est un milieu dûre et difficile à vivre, tu es entouré par des grillages, de mûres, des cameras caché partout ; mon frère traficant bosseur, je t'informe que là où je me trouve je ne jamais vu la lune ni les êtoiles.

 

dossier2-0069.jpgLa pure de chose on te ferme les portes à l'heure et le souvre à l'heure ;

Mon ami traficant bosseur en tant que frère djibrile, je suis vraiment dans la mysère. Je compte à peu près dix-septe portes pour entrer dans ma petit chambre pleins de gens différantes, franchement dire le lit se trouve par étage, une douche, et une benoire ou ce croise étappe par étappe, on diré comme un marché pleins de foulles ; de bagare tout le moment, on arrivent même pas à se reposé, ni dormir, je souffre et souffre pour l'estant ;

Le mal des chose, le pure de pure, tu voix le même chose.

 

C'est à dire des mure qui nous entour, les même personnes, vraiment se la galère total.

Je tiens à t'informe d'être sage et poli sur la totalité des choses, car la prison de la maison d'arrêt se pas la bonne partir et se pas le paradis pour nous frère traficant bosseur, sache bien que je pense trop à toi, mais je suis bien incarsseré jusqu'au dent, il n'y a pas de peines bonne, contraire la mysère qui nous tues et qui nous tracasse jours en jours en fin mon âme tramble à fond jusqu'au corp. J'attends rien qui me protége que les crient des chiens qui son à côté. Je suis enfermé bien, en tant que djibrile l'homme qui parle la réalité, je suis ici et je pense qu'un jours on sera ensemble.

Mon ami trafiquant bosseur mefiez-vous ? Car les porte son bien ouvert pour vous ? … etc

 

La risque de nos vie pour Mayotte

 

A partir de nos résponssable politiques et les élus qui se trouvent dans nos îles ne sont pas de responssable ce pourquoi aujourd'hui, on prend de risque de monté dans une barque de pêche pour veunir à Mayotte. Franchement dire c'est un long histoire à raconté à nos îles pas l'école, la santé et même gagné la vie ce pourquoi nous risqu'ont nos vie au bord de la mèr pour venir dans îles à côté de nous en grossomodo, Dieu nous aimons et nous protège, car pour arrivé à Mayotte ilégual c'est une chose qui nous fait peure, mais on'a pas un choix car le momment de prend une vidette de pêche de 5m à 7m1/2 maximum de 30 perssonnes à bord à un nuit, sens arbre, caillou à tenir, des vagues qui nous suis devant et derrière, on voix que la mort est arrivé, on voix que la mort est arrivé, ce le momment que nous régrettons.

Les enfants crient, en pleurant, nous les majeurs ont commence à prier Allah de nous protegeons jusqu'à arrivés à bord ou être rattrapé pour la police, ou la gendarmerie et la paf de mèr, avrai dire laissé moi vous dire une chose qui me tramble et qui me casse la partie de mon corps, les miracles de mèr est une diverssité de nos vie. Dieu est la seule à la croiance, les obstacles qui nous trouve à la mèr, est indisables, car le momment est arrivée de raconté la réalité les acidents que vous les anttendez présque les gardiens de mèr qui les provoque à bousculant les barques de pêche c.a.d la police marine, gendarmerie marine et la paf qui provoque tou ça, permetté-moi de ne pas y allé un peu plus loin car je peure de vous dire tous. 

 

                                        dossier2-0077.jpg

 

La mysert que nous réçoivent au bord de la mér pour arrivée à Mayotte, je pense que nous sommes des gents sens cœur, car on joue avec le feu de la mort, tou ça se la situation qui se trouve dans nos îles depuis les années quatre vingt, on vie dans une situation très difficil et sens réserve, donc aujourd'hui on ne obligé de joué la quermesse, c.a.d se casse ou s'acoupe de prendre le risque de devenir dans cette île de Mayotte, pour voir si on peu gagné la vie ; en résumé, on n'allume le feu et le flame nous coupe la petit, car en passant au risque de monté dans un kwassa de six-mettre, on voix la mort, mais on'a pas le choix.

 

Ce pourquoi, je résume en bref les effets.

Ce qui nous casse la fin de que on né bien arrivée, mais il y a un grand souci car les flics ne nous laissent pas tranquille, par de contrôle d'identité on ne devenu le rat et le chat est pourtant sans nous, les flics ne peu pas travaillé. En tout cas un jour tou ça va changé et cahngéra echaalla.

Mieu que de vivre dans la paix, nous ont se poste des multiple questions de nos vie, jusqu'à présent on n'arrive pas à oublié ce qui nous trouve pour prendre un tel risque pour venir à Mayotte.

 

dossier2-0106.jpg

 

dossier2-0098.jpgOn ne des gens de même nom, même couleur, même seng et même cutume, réligion. De ma part, je me juge moi même que un jour ils finiront à nous comprendre si le diable quittera cette île, en tout cas le mieu c'est de savoir que nous sommes d'être humains comme eux. Car pour arrive dans cette île il y a des vivants et des morts ce pourquoi aujourd'hui je vous confirme que nos situations, qui se prouve dans nos îles, nous permet de joué le jeu de cache-cache au bord de la mer pour risqué nos vient de nous même à nos enfants et même à nos famille proche. C'est pas facille de raconté, nos mals de vie je pense que tou ça nos enfants changera cette mysère, avec souhait donc l'homme est né pour soufrir dans ce monde, je suivis beaucoup des miracles, actuellement, je suis en prison à une jugement long et serveur consernant se qu'ils ont trouvé dans la barque, franchement je regrette trop car je mis ma vie en dangé .

 

Je voulus gagné vite la ressette je me trouve incarcéré en fin j'ai eu un jugement difficil actuellement, je bien comprie la prison et je souhaite, que la sorti je pense faire un projet, car tous gaché ma vie je suis très reconnaissant de ce qui m'arrivé, on na perdu nos vie, je donne des conseilles aux individus restant de ne pas mis leur vient en dangé comme nous les réste, car là je suis mes pensé bien avant de faire, car majicavo, tue alors mes amis, je vous signale, de résté calme et sage car la prison se pas un milieu pour un être humain, sur tout pour nous les jeunes comoriens tiré attantion d'être piégé, car pour conduire une barque de clandestin se pas un travaille car vous jouez avec le feu et vous finirez par la prison.

 

dossier2-0103.jpgOh ! Mes amis, je vous emprie vous souplie d'apprendre un métier très important pour lutté contre les mauvaises choses, car la prison s'ouvre les portes pour nous anttendre, je suis incarsséré c'est àç dire enfermé, mais je pense trop à vous jours et nuit, mes chers collègues je vous annonce que la vie du prison n'est pas une vie, ce l'enfère, car, tu es toujours en régression, tu pense trop, au point négatif, la sussude, c'est à dire j'aime bien vous informez que régrétéz vous avant de faire joué avec le feu car les mouzougou ( ndr : Mzoungou désigne shimaoré, la langue principale de Mayotte, « ceux qui viennent de la mer » et donc par extension les blancs ) sont pour vous anttendre donc mefiéz-vous, au l'eau qui dore, car ses gens là ne son pas les vrai amis et ils ont devenu nos ennemis du prémiere catégories dans le monde d'aujourd'hui, de ma part je me trouve emporté par la mauvaise vague de la mer, donc, vous serrez les bien venu, en vous criant, voleur, voleur ce l'expression des detenus de la prison de majicavo, des multiple de nos jeunes comorien oui on perdu leur vie, surtout nous les anjouanais pour à joute un peu.

 

L'histoire de raconté mes chers amis voyez-vous un prison qui compte 220 détenus les 190 détenu se sont des jeunes anjouanais, donc sé la fin d'exemple que je viens de vous informé alors je me trouve dans l'obligation de vous dire ce que je ressents là ou je me trouve pour le moment, « em prison », je pense trop à vous mes amis, mais un jour on serra enssemble je vous raconterais bien le mal et le bien pour que chacun prend ses résponssabilités claire et honnette, car je suis incarsseré mes pensés révient à vous.

 

DSCN2387.jpg

 

Je vous aimes comme mon cœur, je ne cesse pas de vous aimez, car vous êtes aimes fidel et insseparable dans ce monde parcontre, je tien à vous dire de résté sage envert nos parants mais un jours la lumière nous souri comme des adultes qui pense et qui réflechi la prison appartient aux gens soulare, mechant, violeur, et les assassins criminelle, comme, je sais ce qui me réste en viguère, la volonté, pas de plaisir en grossomodo mes amis la prison sa tue la parti inférieur de nous il n'y a pas de femme tu es obligé de face le beau-metier pour avoir un soulagement ta femme on l'appel madame cinq mes amis je vous conseille de resté genti(lles) car il y a beaucoup à dire je souhaite qu'un jour le paradis nous entour au tour de nous merci !


DSCN2593L''arrivé à majicavo c'est un tramblement de terre qui touche le ciele, franchement se la catastrof total qui touche toutes les parti de nos corps on tramble cinq-cou à la seconde, on transpire dix fois la minute, car la prison ce pas un milieu préféré, c'est l'enfère en résumé majicavo se pas un milieu de joie, la malheurn nous parvient, le régré, la pensé, les péchés on pense trop de ce qui va arrivé à la derniere moment ; en quittant la justice minotté, des garde corp qui te suis comme président en te mettant dans la voiture des sirennes qui ronfle comme le vent c'est à dire les voitures, donne les passages, pour que prisonière president passe pour ne pas avoir de derangement, à l'entré un grand portaille qui souffre elle même, la deusieme, un grand grille qui s'ouffre sens avoir le guïdère, la cour qui est entoure par des multiples de grillages, des cameras cachés partout, des portes et des porte qui souvres un à un en le contant je pense aux total douze portes avant d'entré à l'isolement ce la mysère on se trouve seul un télé qui est toujour en marche, on voix des image de la prison et le groupe de travailleurs à compagné de leur chef nommé lieutenant, on à 24h plus tard de résté à l'isolement, on attend le docteur pour passé de la visite pour qu'on puisse savoir ta santé et des teste pour savoir si tu ne pas contaminé par des malades contagieux comme le sida, avrai dire, nous sommes des homme pas des animal car en régardent, ou en raconté la disption qui nous arrive, tond et humain c'est à dire ce pas de malaise pour nous on ne pas dit ou comptant je m'explique dans tout les côtés du prison, car la prison se trouve en dehors de la route nationnale dans une petite foret en touré de barbelés en cadre par des mûres, on voix rien que des herbes et des bêtes, les cellules ne sont pas bien ils sont totalement mauvais en résumé on compte quinze personnes par cellules ce la catastrof total, de bagare tout les jour, on arrive pas à respiré, les odeur mauvais, on diré comme nous ne sont pas des hommes en tout cas je souhaite que dieu nous protegé la vie ne pas dit tou meilleur, on pense trop, la vie est chaire, notament la delaincansse augmente de plus en plus, donc ce la catastrof indiscutable j'imagine, que la prison ce l'enfère, en tout cas, se que je tiens à ma propre paroles, l'homme est né pour souffrir, mais la vie, la pensé ne vient pas dans nos mes moires, on prefairé mourïr, mais je pense que nous avons de mes moïre qui tien et qui possede des réserve.

 

J'espere que l'entourage et la fermeture, et l'ouverture, nous donne un goût de reflexion, je pense qu'un jour, je vais essayé de montre, ma situation dans le doïgt à l'autre c'est à dire raconté ce que je vois precisement les douleurs de la prison par des faut de gens qui nous affollent et qui nous parles comme on'a plus d'importance dans ce monde, dans les cellules pérsonne ne dialogue pas avec quelqu'un pendant dix minute, c'est à dire, on ne devenu comme le chat et le rat, en fin nous les incarssés on saient bien la lois et les articles de droit par rapport aux juges, c'est à dire chaqu'un de nous se montre comme capable de savoir tout, en regardant ce sont des gens qui s'avé même pas écrir leur noms, sens fait rire. Aujourd'hui, je me trouve dans l'obligation d'informé à tou le monde surtout aux jeunes de prendre consience car la prison sa tue et gache nos vie, donc la prison est une milieu insuportable. Avez-vous déjà fait de la prison ? Oui vos conseille son plus meilleur ? Merci de nous reveillons exries car il faut pensé aux mal pour revenir au bien je pense que dieu prétégéra ce monde.. !

 

 

Publié dans VIE QUOTIDIENNE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article