L'arnaque du monde du travail et du capitalisme

Publié le par Fanfreman

communist_party.jpg

 

Pourquoi le monde du travail dans son ensemble est une arnaque et pourquoi lutter contre au lieu de cautionner les abrutis de la droite modérée (ou pas modérée du tout) qui le vantent comme une valeur merveilleuse qu'il faut défendre ?
C'est par cette grande question qui vient de me faire tout un tas d'ennemis parmi les pourtant peu nombreux lecteurs de ce blog que j'entamerai cette réflexion.

Che-Guevara-che-guevara-30524289-384-321.jpgEn effet, qui peut renier l'envie de servir son prochain ? L'idée même transcende le clivage droite/gauche et que l'on soi habité par l'envie furieuse de faire du blé ou celle de servir la communauté, on ne crachera jamais dans la soupe pour marier nos efforts et, en définitive, servir la cause commune du bien de tous.

Oui, le gugus de droite monnaye ses services sur le marché du travail pour soutirer du blé et vivre convenablement MAIS AUSSI avec la préoccupation mensongère et auto-convaincue de proposer un service de qualité disons « honnête » dans le monde qui lui est contempo … bien entendu lui qui est une sale pute ne s'impliquera que le minimum syndical (mot qu'il hait) pour répondre à la requête sans en ajouter que pouic ni en éprouver la moindre honte.
Grosso merdo, si le standard est BAS, il le prendra comme mètre étalon et se placera à la limite autorisée au lieu de transcender entièrement le domaine et de proposer un boulot vraiment abouti objectivement.

OUI quand le travailleur de droite le peut, il fait machine arrière pour faire des économies en fournissant le moins d'efforts possibles en priant pour que sa merde soit rentable, d'où sa folie des monopoles et son admiration de ceux qui en tiennent. Plutôt que de travailler à faire un monde vraiment meilleur, le travailleur de droite rêve de ce qu'il est commun d'appeler « l'obsolescence programmée » ou « désuétude planifiée » (si si, même wiki en parle sous ces deux noms, vous verrez). Cet effet qui a pour conséquence que certains vieux outils sont plus robustes que certains récents dont le manque de fiabilité est une donnée élaborée par les constructeurs pour revendre la même chose à une certaine fréquence plutôt que de fournir des outils qui durent « toute la vie » (ou presque).

 

gfpied.jpg

                Une meuf de droite en train de se palmer au taf. Oui, pas une meuf de gauche, vous avez bien lu

 

En d'autres termes, le travailleur de droite n'est pas « conservateur » contrairement au terme que l'on aime lui associer et qui désigne la tendance à renier les évolutions et les problèmes qu'elles amènent potentiellement, non, il est fondamentalement « régressif » … enclin à réduire sciemment la qualité au profit de la rentabilité quand cela est possible.

En gros, le travailleur de droite FAIT DE LA MERDE et en plus IL LE FAIT EXPRèS.

 

roses-for-stalin.jpgCeci étant dit, il est quand même possible de tirer de sa gueule une force de travail, mais venons en maintenant à l'idée qui nous préoccupe (oui bizarrement je n'évoque pas le travailleur de gauche, l'inverse de celui-ci, car sur le principe il ne me déplait pas du tout, même si en pratique il se révèle aussi et souvent être en fait un travailleur de droite ordinaire malgré ses dires).

Tout travail mérite salaire, nous sommes d'accord … bien qu'en réalité on le soit moins et que dans les branches où je bosse, le travail pour lequel j'ai été formé ne semble pas devoir, selon certains, mériter salaire … tout comme cela est le cas pour les innombrables stagiaires dans des domaines en tout genre, semblant confirmer que « tout travail mérite salaire » OUI mais qu'appel t'on un travail ? UN STAGE ? UN HOBBIE ? RIEN A VOIR !!!!!

 

Bref, bienvenue dans le monde des hypocrites, bosser ne signifie jamais qu'il y a une quelconque garantie de rémunération où que ce soit et quand cela est possible et bien NON on ne vous PAYE PAS !

Maintenant comment évaluer le « cout » du travail, car oui, bosser ce n'est pas gratuit … nombre d'imbéciles pensent que si, mais ce n'est pas vrai, pour effectuer une tâche quelconque il faut pouvoir se payer les outils, la matière, les efforts, le savoir-faire, le temps, le contexte … nombre de ces éléments, dont l'élément humain, paraissent négociable au prix 0 … ce n'est pas vrai du tout, tas de salopards !

 

Comme on pourra toujours dire qu'un homme ayant un savoir-faire quelconque peut bosser gratis, évacuons le paramètre humain et prenons un exemple qui dans le monde marchand n'est pas négociable … si pour creuser un trou vous avez besoin d'une pelle … VOUS DEVEZ L'ACHETER ! Bien entendu vous pouvez creuser avec vos ongles, mais en réalité cela possède aussi un cout, notamment en heures … pour autant certains ne rechignent pas à utiliser cette option.

LA MISSION : Creuser un trou.

L'OUTIL : La pelle
LE PRIX : 13,62 euros la pelle Berger + Schröter - Pelle-bêche pliante avec pioche

 

mecoco.jpgOn chialera déjà parce que la pelle en question n'est pas la plus adaptée et que donc un boulot qui pourrait être effectué en 2H le sera en 7 … mais passons pour le moment.

La mission possède un prix de vente estimé via devis par le prestataire pour le commanditaire. En gros si par exemple votre mère (le commanditaire) vous demande de monter les courses (la mission) contre rémunération (manger des crèpes) VOUS (la force de travail) acceptez en validant la rémunération (oui tu feras des crèpes en échange) et pouvez effectuer la mission avec plus ou moins d'efficacité et de facilité suivant les outils dont vous disposez pour ce faire (un ascenseur au lieu de vos bras dans l'escalier par exemple).

Suivant les outils (un ascenseur ou pas) et le savoir-faire (vais-je passer par les escalier alors qu'il y a un ascenseur a dispo) la mission, pour un même résultat, paraitra plus ou moins simple, et donc sa rémunération plus ou moins disproportionnée par rapport a l'effort fourni, ce qui démontre que sur une base égale, la formation de l'ouvrier + la qualité du matériel de travail, font toute la différence et justifient la vraie base de négociation du PRIX du travail.

C'est là où les choses deviennent vicieuses, car si, subitement, tous les ouvriers deviennent surqualifié, on a pas pour autant PLUS DE FRIC à leur donner à tous, il faut donc dévaluer l'ensemble de l'échelle en considérant qu'un travailleur ultra compétent sera payé ce qu'il y a des années (par exemple) un travailleur incompétent mais qui était le seul à proposer ses services, était payé … si ce n'est moins.

Cela souligne le problème principal … ce ne sont ni la qualité du boulot, ni la finesse des outils, ni même la qualité du résultat qui importent, mais bien ce que le boss peut payer ET POURQUOI sur un boulot donné.
Au delà du temps et de tout ce bronx il y a une donnée qui se maintient … LE BUDGET.

 

fric.jpg

 

Si le budget d'une entreprise, sur 100 ans, reste de 1000euros de mois en mois (une très petite entreprise donc) et ne vacille jamais d'un iota … on imagine bien les répercussions que cela aura sur la rémunération des employés suivant leur nombre (quid des charges), le prix auquel ils vendent leurs services, le prix auquel on achète leurs services, le prix des outils, le prix des matériaux essentiels, etc...

Budget = PRIX

 

Prix de l'entreprise = prix sur le budget plus global … budget de l'état … qui lui même est un prix sur le budget mondial … lui même prix sur le budget de quoi ?

tete_de_con2.pngNous en arrivons au sommet de la pyramide, si chacun doit répondre d'un autre, le sommet absolu, qui trouve d'ailleurs aujourd'hui des éclaircissements curieux parce que suite à la crise les gens s'y intéressent alors que cela n'est pas nouveau, c'est bien sur la création même de la monnaie, par qui par quoi et suivant quel procédé.

L'idée est alors très simple, l'argent n'existe pas, il est le fruit d'une dette (qui elle n'est par contre pas fictive du tout). Ce avec quoi vous essuyez le cout de vos courses ce sont en fait des bons de promesse de comblage de dette qui se négocient à droite à gauche.

A titre de comparaison disons qu'un mec kiff LES BOULES DE TERRE.
Il décide un beau matin d'en faire des tonnes et pour ce faire il doit creuser un énorme trou pour en tirer la matière première. A partir de ce tas de merde il tirera ses précieuses boule de terre en leur allouant arbitrairement une valeur (mettons suivant leur poids) … mais pour autant son trou est là … il promet qu'un jour il le comblera de nouveau … mais vous croyez vraiment qu'il compte re-balancer toutes les boules de terre dedans un de ces quatres ?

C'est précisément ce qui nous arrive actuellement car au lieu de combler ce trou, nous le creusons encore, passé un temps IL N'Y A PLUS DE MATIèRE A TIRER pour faire de nouvelles boules, il faut combler le trou … et c'est ce qu'attendent les banques, à savoir les mecs qui ont creusé ce foutu trou au départ sur la base d'une promesse.

sacre-nanimo-elephant-caca-pipi_1e8fd3-big.jpgEn gros, pour « créer la richesse » il a fallu l'acheter, l'idée paraît si absurde qu'il est difficile de se la représenter … l'or n'a de valeur que parce qu'on en a décidé ainsi, sa rareté le prix de son extraction, la difficulté de sa mise en circulation ne sont qu'autant de pipeaux balancés au tout venant pour le consoler en insistant sur le fait que, quand à défaut de pouvoir refiler son « symbole » de monnaie à quelqu'un d'autre contre un objet, il peut toujours spéculer sur sa rareté sur le marché même du fric. Le troc existe toujours, mais une interface est venue le camoufler.
Alors bien entendu vous pourrez me dire « maintenant que c'est là, que peut-on y faire ? Il faut jouer suivant les règles du jeu ... » ce n'est pas l'idée … le problème c'est que la machine à creuser encore et encore et encore le trou à merde s'emballe, sur la base de rien, la valeur de base (la terre qui sert à faire les boules) n'est même pas là en quantité suffisante, bref, l'ogre a les yeux plus gros que le ventre et pour autant, on vous demande de le croire raisonnable, un peu comme un ami bourré dans une soirée qui vous dit « SI SI JE PEUX ENCORE CONDUIRE ».

DONC, c'est parce que l'or est rare et qu'il est de fait une monnaie (oui comme ça de cause a effet) et que sa valeur symbolique est acceptée dans une échelle globale qu'il possède par conséquent une valeur … en gros : c'est parce que je dis qu'une chose coute cher qu'elle coute cher … et non pas parce qu'objectivement c'est vrai …

Avez vous envi de croire le fou furieux qui vous garanti sur facture que ses breloques valent ULTRA CHER … avez vous envi de croire l'enfoiré qui vous explique que les prêts accordés par les banques dans la crise des subprimes etc... valent qu'on y rembourse des intérêts arbitraires BIEN MéRITé ?

Jeans-Homme-Cinquieme-poche.gifSi vous n'êtes pas un abruti ET BIEN NON ! Car tout ça c'est du chiqué de la part des enfoirés qui ont eux même creusé la tombe et qui en toute logique s'imaginent qu'un beau jour, la terre qu'on leur à pris leur reviendra au centuple pour construire des îles au Bahamas …
Rembourser la dette … c'est une chose … mais payer ses intérêts absurdes ? Pourquoi ?
C'est pourtant ce qu'on essaye actuellement de nous faire gober.

Revenons en maintenant au monde du taf … allez, tapons net là où tout le monde est d'accord : « il n'y a pas assez de boulot pour tout l'monde » … nous sommes tous d'accord à ce sujet … ha ben outch la belle jambe, c'est bien triste …

Pensez vous que la mordernité, les machines, l'industrie et toutes ces choses, se sont faites pour que l'homme travail toujours plus ? Pensez vous que ces machines qui construisent avec des interventions minimales de l'être humain des bagnoles servent à ajouter de la masse de boulot ?
NON ! L'homme, fondamentalement, est une grosse feignasse qui invente des outils pour se simplifier la vie et s'il y a toujours un être humain au bout de la chaine avec des compétences etc... on demande de moins en moins au quidam de base de n'être qu'un tourne boulon mécanique dans une chaine géante (et heureusement).

Il est hors de question de revenir sur cette idée, de ramener l'industrie dans ce qu'elle a de pire auprès de nous, il est aussi hors de question de continuer à accepter que des gamins chinois esclave travaillent jour et nuit dans des usines pour chier des iphone.

Ce ne sont ni le coût du travail, ni les outils, ni le savoir faire, ni la matière première, ni quoi que ce soit de ces indices qu'il faut rééquilibrer mais la valeur FRIC elle même qu'il faut annihiler, remplacer en annihilant aussi la valeur travail (car ne pas travailler c'est très bien et c'est ce vers quoi l'humanité DOIT tendre), pour que le capital, le fric, de nos pays, ne soit pas un simple objet de pari (de spéculations) pour les banques loufdingues … en gros, que les banques ne décident pas que pour chaque boule de terre tirée de leur trou on leur en rende deux … venues d'on ne sait quel coin de notre seule et unique planète terre.

Publié dans VIE QUOTIDIENNE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

MJ 06/07/2016 13:18

Très bon article.

Si seulement tout le monde savait...