MISE A MORT FATALE

Publié le par Fanfreman

 

C’était y a 20 ans déjà , alors que moi et ma femme de cette époque qui nous a malheureusement quitté a présent , se trouvait avec moi , dans une foret.

NOUS NOUS AIMIONS , mais nous NE SAVIONS PAS ce qui nous attendais.foret1.jpg

 

Parfois l’amour est coupable … oui … coupable … parfois l’amour pousse a se promener dans la foret alors qu’il s’y trouve des loups garous , mais quand on aime , on ne compte pas.

 

Nous étions donc sur le sentier de la mort , comme certains l’appellent , mais nous en rigolions , car nous faisions fi du danger , nous étions fols , nous étions jeunes , c’est alors qu’une énormes bêtes velues comme une boule de régurgitation nous bondit dessus.

 

La chose s’empara de Caroline et lui fit une clé de bras dans un craquement d’os gerbant , j’ai cru que j’allais gerber directement mais ma gorge ne le voulait , je ne gerbis point , j’attendu pour le faire , le monstre s’empara de la jambe de Caroline et la roula par terre avant de briser sa jambe sur son dos , j’ai cru que j’allais gerber directement mais ma gorge ne le voulait , je ne gerbis point , j’attendu pour le faire , le monstre s’empara du poitrail saint et fragile de Caroline et le concassa d’une contraction musculaire puissante comme un étaux fort, j’ai cru que j’allais gerber directement mais ma gorge ne le voulait , je ne gerbis point , j’attendu pour le faire.

 

868545577.jpgJe n’osais interviendre , il le fallait pourtant , je sauta sur le monstre qui me frappit d’un revers de coude , mon nez claqua , une brèche s’ouvrit sur le dessus et un geyser de sang mélé a de la morve en jailli , le monstre se jeta en l’air et absorba tout le jet avec sa bouche géante , puis je le vit plonger vers mon visage , ses yeux était mauvais comme les yeux d’un méchant prèt a occir la bonté dans son plus simple appareil , je m’empari de mon revolver , et tira dans son couille. La douleur fut telle qu’il rugite de rage , comme un dragon , il attrapa alors Caroline et fit tournoyer son corps brisé mais encore vivant au dessus de sa tete , elle hurlait avant de se mettre a vomir et de maculer le bois environnant entier , le monstre la fracassa sur un arbre pour qu’elle cesse cette ignominie. Il se servit ensuite d’elle comme d’une matraque pour me détruire . Ma tête transperça le torse de Caroline , le monstre me laissa Caroline empalée autour du cou et me moqua ma gueule , je jetais alors cet amas de viande qui jadis fut mon aimée , et je sorti mon coutal pour poignarder le monstre. Occupé a rire il n’eut le temps de voir mon couteau qui lui fonçait dans son cul , putain dans son cul , trop j’l’ai déchiré , dans son cul putain , dans son cul , le cul , dans le cul , putain dans son cul , j’l’ai déchiré dans son cul , putain dans le cul , wo putain dans le cul le cul , putain dans son cul le cul déchiré dans le cul , putain dans son cul , j’l’ai déchiré dans son cul putain déchiré dans son cul le cul , déchiré du cul wo putain du cul le cul le cul.

 

Il gisait MORTE tel une salope , cul en l’air , face dans boue, j’avais gagné , joie était dans mon corps et mon être.

 

Perdez ce que vous aimez et vous serez colère , mais la colère saine , qui mène a la joie , la joie de la vengeance , la vengeance saine de la justice , celle qui est bien a faire , oui … bien a faire … tel est mon fardeau et ma mission , … bien a faire.

Publié dans HISTOIRES

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article